“Doit-on pour autant devenir pessimiste et se décourager ? Non, cela serait une erreur pour no

Les jeunes et le vote ? Le point de vue et témoignage d’Ambrine Wiart, membre du Comité jeunes, ancienne Vice-présidente de l’Anacej, Conseillère municipale à Saint André (59).


Mais doit-on pour autant devenir pessimiste et se décourager ? Non, cela serait une erreur pour nous, jeunes engagés.

En effet, maintenant que le constat est dressé, il faut laisser place à la réflexion et surtout comprendre les raisons qui vont pousser un jeune à voter ou pas. Il faut se poser des questions sur l’abstention chez les jeunes : Ne connaissent-ils pas les démarches à effectuer ? Ont-ils « peur » de se rendre dans un bureau de vote qui est un cadre trop formel et rigide à leurs yeux ? Un désintérêt pour la politique du pays ? Une méfiance envers la classe politique ?

Notre rôle est aujourd’hui de nous poser les bonnes questions pour comprendre comment les jeunes perçoivent la démarche du vote.

 * Résoudre le problème de la technicité du vote :

Si pour certaines personnes, le fait d’aller voter et une démarche simple, celle-ci peut au contraire impressionner les nouveaux votants. Le cadre formel d’un bureau de vote, le passage dans l’isoloir peut « faire peur » au jeune qui vient voter pour la première fois. La cause de l’abstention peut aussi résulter de cela. C’est pourquoi, il serait intéressant d’organiser des simulations de vote comme peuvent déjà le faire certains conseils de jeunes. Cela pourrait permettre à des jeunes qui ont réellement l’intention de voter, d’éliminer toute crainte quant à l’acte lui même.

 * Les jeunes et le vote : Comprendre l’enjeu de chaque élection :

On sait que traditionnellement les jeunes votent lors des élections présidentielles car c’est l‘élection qui est la plus médiatisée et certainement la plus attendue. De plus le personnage que représente le président de la République est un symbole de grandeur et de prestige. Par contre, je remarque souvent que les autres élections telles que les européennes, les municipales ou les départementales ne sont pas des élections que les jeunes attendent et connaissent. Par exemple, beaucoup de jeunes (et même moins jeunes) ne savaient pas qu’il y avait des élections départementales et ne comprenaient même pas son utilité. On voit bien que les jeunes ne saisissent pas toujours l’enjeu de chaque élection, chose qui explique notamment le taux de participation à ces élections qui est très variable.

 *Le rôle de l’éduction civique :

On constate également une inégalité de l’information sur le vote et sur les élections. Face à cela, l’école qui est obligatoire jusqu’à 16 ans a un rôle essentiel à jouer. Je dirais même qu’elle représente la clef de voûte pour accompagner les primo votants dans des démarches citoyennes tel que le vote. Les jeunes pour la plupart, passent la majorité de leur temps à l’école. Nous savons déjà que l’école enseigne l’éducation civique, mais force est de constater que cette matière représente « la cinquième roue de carrosse ». Elle est trop souvent négligée par certains professeurs qui l’utilisent pour rattraper des programmes trop denses. Pourtant, c’est cette matière qui permet d’enseigner à la jeunesse la citoyenneté et notamment le vote. Car il faut bien comprendre que le vote n’est pas seulement le droit de voter pour un parti politique plutôt qu’un autre, mais surtout que le vote est un devoir. Car si aujourd’hui le vote est une chose acquise, à tel point qu’on se permet ne plus aller voter, d’autres ce sont battus avant nous pour pouvoir user de ce droit ! Peut être qu’en rappelant cela plus souvent, les jeunes se sentiraient comme investis d’une mission et d’une responsabilité, chose qu’un jeune réclame très souvent ; avoir des responsabilités pour se sentir capable et plus grand. Les conseils de jeunes ou dispositifs de participation de la jeunesse ont d’ailleurs ici un rôle à jouer en complémentarité de l’école et dans un contexte beaucoup moins formel, chose qui peut attirer les jeunes.

 * Instaurer un dialogue avec les jeunes pour mieux les comprendre :

Après s’être alarmé sur le taux d ‘abstention élevé chez les jeunes, il faut laisser place au DIALOGUE ! Il faut comprendre les jeunes dans leurs démarches et leur permettre de s’exprimer sur ce qu’ils pensent réellement du vote. En effet, avant d’accorder le droit de vote à 18 ans voir même à 16 ans, les jeunes doivent se former par le dialogue. Par exemple lors des élections départementales, il faudrait expliquer tout l’enjeu que cette élection représente. Cela passe notamment par la rencontre avec les élus locaux pour discuter de ce qu’ils proposent concrètement pour la jeunesse.

 * Décomplexer le rapport à la politique par la représentativité de la jeunesse

Quoi de mieux que des élus jeunes pour traiter d’un sujet comme la jeunesse ? Si les jeunes se désintéressent de la politique, c’est certainement parce qu’ils se sentent exclus de ce système. Il faut reconnaître que bien souvent les propositions concernant la jeunesse ne représentent que trois malheureuses lignes sur un programme et en plus, la personne qui va s’occuper de la jeunesse n’est pas souvent représentative. C’est une des causes qui pousse les jeunes à un tel désintérêt corrélatif à l’abstention. C’est pourquoi des jeunes doivent être présents sur des listes électorales et bien au delà de ca ; exercer un mandat d’élu. Car cela est un vrai moyen de représentativité et de relais pour la jeunesse.

 *  Expliquer le poids que représente l’abstention

Il faut faire intégrer dans la conscience collective que l’abstention n’est pas un geste anodin. Car beaucoup de jeunes s’abstiennent sans savoir réellement ce que cet acte représente. Car l’abstention ferme le dialogue alors que beaucoup de jeunes ne demandent qu’à l’ouvrir. La jeunesse qui est déjà engagée a ici un rôle primordial ! Car c’est elle qui doit d’abord expliquer tous les enjeux d’une élection et qui doit motiver le reste de la jeunesse qui grâce à des moments de dialogue et d’échange, peut à son tour devenir engagée et transmettre le même message : celui d’aller voter pour devenir acteur de la société.

2 vues

À PROPOS

RECHERCHER

SUIVEZ-NOUS

Conception Maël Bourguignon

Mentions légales © 2019 Anacej