top of page

Violences suite au décès de Nahel Merzouk

Dernière mise à jour : 6 juil.

Les circonstances du décès du jeune Nahel Merzouk ont suscité une vive émotion partout en France. Le sentiment d'injustice nourri par la tragédie a provoqué une colère légitime. Dans de nombreux territoires, elle s'est malheureusement transformée en actes de violences inacceptables. Des scènes d'émeutes ramènent en mémoire le souvenir de 2005, quand les « banlieues » se révoltaient déjà contre leur relégation. Que ces évènements se produisent l’année du quarantième anniversaire de la marche pour l’égalité est une triste coïncidence et une alerte qu’il nous faut entendre. En constatant cet écho entre la marche pacifiste de 1983 et les émeutes de 2023, nous mesurons notre échec collectif.

Plus que jamais l’incompréhension mutuelle entre les jeunesses et les politiques pèse sur nous. L’injustice ressentie par ces jeunes aggrave le désarroi de celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour l’amélioration des conditions de vie dans ces quartiers, de l’État aux collectivités, de tous les agents des services publics et tous les salariés et bénévoles de la vie associative, en premier desquels ceux qui les accompagnent au quotidien sur le terrain. Nous nous inquiétons également du climat d’hostilité qui s’intensifie à l’égard des agents publics et des élus.

Nous alertons depuis de nombreuses années sur cette fracture grandissante entre une partie de la jeunesse, le reste de la population et les institutions. Notre association sait les efforts de l'État et des collectivités locales pour éviter le déclassement de ces quartiers. La priorité aujourd'hui est de sortir de cette crise. Elle sera ensuite de travailler sur ses causes profondes. Dans cet effort, le renforcement des acteurs de proximité sera décisif et doit être au cœur de la nouvelle géographie d'intervention et de la feuille de route des Contrats de Ville 2024-2030 qui se décident actuellement.


L'Anacej est solidaire des collectivités dans leurs efforts de dialogue et d'apaisement pour que cesse cette spirale de destruction. Devant l'immensité et la gravité de ce chantier, notre association propose, humblement et sans naïveté, son soutien et sa contribution pour renouer le dialogue, impliquer les enfants et les jeunes et reconstruire une société apaisée, où chacun peut s'épanouir.

Pour que cette fois soit enfin la dernière.


Jonathan Bocquet

Président de l'Anacej

151 vues
note_de_veille©anacej.jpg
Un regard à 360° sur l'actualité des politiques en lien avec la participation des enfants et des jeunes

Contenu réservé

 

Vous devez être adhérent et connecté à votre espace membre pour accéder aux notes de veille en ligne synthétisant les dernières avancées sur les principaux thèmes d’actualité des politiques jeunesse et des collectivités territoriales.

bottom of page