* La Convention Citoyenne pour le Climat : Emmanuel Macron y sera ! *

Mise à jour le 20 novembre 2019

C'EST QUOI ?

Lors de sa conférence de presse du 25 avril, à l'issue du Grand débat, le chef de l’État, s’était engagé à renouveler les rendez-vous avec les Français et notamment les associer davantage aux décisions qui les concernent comme les retraites et le climat.

Il annonçait alors la tenue de la première convention citoyenne pour le climat à la rentrée de septembre où des Français tirés au sort devront faire émerger des propositions très concrètes en faveur de l'environnement et de la transition écologique. 150 citoyens vont se réunir régulièrement à Paris pendant 6 sessions de trois jours jusqu’à fin janvier 2020. Ils ont pour mission de faire des propositions « du quotidien » sur plusieurs thèmes comme se loger, se déplacer, produire, travailler et consommer. Ces 150 citoyens représentent « l’ensemble de la diversité de la population française ». 51 % de femmes et 49 % d’hommes ont été choisis par catégories d’âges : 16 à 17 ans (3 %); 18 à 24 ans (11 %); 25 à 34 ans (14 %); 35 à 49 ans (24 %); 50 à 64 ans (28 %); 65 ans et plus (18 %). Ils viennent de toutes les régions et bien sûr selon le poids démographique du territoire. Niveaux de diplômes, CSP et part des inactifs et retraités également justement représentés. Les membres de la Convention seront accompagnés par un « comité de

gouvernance », une équipe d’animation, des juristes et des experts du climat, tout en restant « complètement autonomes dans le cadre du mandat » qui leur a été donné. Tout une organisation pour permettre aux citoyens de s’approprier le sujet et pouvoir formuler des propositions pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % en 2030. « Au départ, ce sont des profanes, à la fin, ce ne seront pas des experts mais ils seront assez éclairés pour produire des dispositions concrètes » explique Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques et membre du comité de gouvernance. Selon lui, « c’est un pari inédit en France ». Trois garants nommés par les présidents des trois Chambres devront s’assurer de la qualité du processus de concertation et, en particulier, de son indépendance. A l’issue de la première session qui s’est déroulée le premier week-end d’octobre, les trois garants ont déjà salué « la diversité effective » des participants et leur « très forte motivation ». Selon eux, « la convention est à ce stade en pleine capacité d'exercer son mandat de façon indépendante, sereine et impartiale ». De son côté, le gouvernement s’est engagé à ce que les propositions de la convention citoyenne aient une traduction concrète soit par voie référendaire, législative ou réglementaire. Le Premier ministre, qui a lancé la Convention, s’est voulu rassurant : « rien n’est interdit, il est toujours possible d’adapter notre droit et notre cadre institutionnel ».

Une participation inédite à suivre, en particulier sur le site dédié conventioncitoyennepourleclimat.fr où tous les débats sont retransmis et où tout un chacun peut contribuer.

​Où en sommes- nous ?
  • trois sessions de travail sur six se sont déroulées depuis le week-end des 3 et 4 octobre

  • à mi-parcours, de nombreuses auditions ont été faites, une trentaine de propositions sont en réflexion et affinées lors des prochains week-ends

  • le 17 novembre, Emmanuel Macron répond à l’invitation des participants, maintes fois réitérée, en annonçant (sur Twitter) sa venue à leur session de travail de janvier.

  • le 16 novembre, Nicolas Hulot, auditionné au cours du week-end donne son point de vue sur la convention : « Je ne doute pas de sa volonté, de la diversité des parcours, des intelligences, mais j’ai entendu que les mesures que vous allez proposer feraient l’objet d’un référendum ou d’une loi. Ce serait génial que vous ayez un référendum ! Mais pour cela il va falloir que vous sortiez du lourd, du structurant. Est-ce que vous en aurez le temps en seulement six sessions ? En tout cas, Élisabeth Borne, le Premier ministre et le président de la République auront tout à gagner à vous écouter, et tout à perdre si cette convention aboutissait à une déception ». https://bit.ly/2OvbiM1

Revenir au sommaire


#Veille #ConventionCitoyenne #Environnement #Participation #Citoyenneté #DémocratieParticipative #EmmanuelMacron


22 vues0 commentaire
note_de_veille©anacej.jpg
Un regard à 360° sur l'actualité des politiques en lien avec la participation des enfants et des jeunes

Contenu réservé

 

Vous devez être adhérent et connecté à votre espace membre pour accéder aux notes de veille en ligne synthétisant les dernières avancées sur les principaux thèmes d’actualité des politiques jeunesse et des collectivités territoriales.