La démocratie participative se développe à Chirongui (Mayotte)

Mis à jour : avr. 13

La Ville de Chirongui (Mayotte), adhérente de l’Anacej, a mis en place son Conseil municipal de jeunes au mois de février dernier. Entretien avec Jean-Paul Pineau-Saindou, Directeur de la Jeunesse, de l'Éducation, de la Culture et de la Cohésion Sociale de la Ville de Chirongui.


Pourquoi avoir mis en place un conseil de jeunes à Chirongui ? Dans le cadre de la réorganisation des services, la Ville de Chirongui a créé une direction de la jeunesse, de l'éducation, de la culture et de la cohésion sociale (DJECCS). La jeunesse est délibérément placée en tête et en transversalité des actions de la Ville. Si un conseil de jeunes existait déjà, le Conseil municipal des jeunes vient s'ajouter à cette instance mais elle comprend des avancées citoyennes et des responsabilités : élections internes d'un bureau exécutif (à venir), recrutement d'un jeune de 25 ans en qualité de secrétaire général du CMJ à temps plein, suivi des projets de la DJECCS, avis sur les nouveaux projets, contrôle des politiques et actions jeunesse mises en place.


Dans l'organigramme de la ville, le CMJ est placé au-dessus du directeur de la DJECCS qui doit tenir compte de leur parole et argumenter pour expliquer en quoi un projet n'est pas possible. Le CMJ fonctionnera de manière très formelle (ordre du jour, délibérations,... motions et interpellation d'élus de décideurs publics ou privés y compris à un niveau international...) D'ailleurs, le premier acte à venir sera un courrier au président de la République pour sensibiliser à la question de la violence des jeunes à Mayotte qui entretient la peur dans certains établissements scolaires. Là où les "adultes" ne semblent pas trouver de solution, la jeunesse va tenter d'aborder autrement cette question pour parvenir à des résultats.

Comment avez-vous opéré pour mobiliser et recruter les jeunes ? Une campagne d'information par internet et en direct via les adultes relais qui sillonnent les villages a permis de cibler les 12-24 ans qui constituent le Conseil municipal des jeunes (CMJ). Des émissions de radio et une émission de télévision locale ont permis de continuer à sensibiliser. Une phase en direction des lycées et collèges va permettre de compléter l'équipe avec des suppléants. La mobilisation se fait naturellement et les premières réunions indiquent que le CMJ répond à une demande.

La mobilisation au démarrage est active : 3 réunions de 2 heures en un mois !


Les jeunes vous ont-ils fait part de leurs préoccupations et de leurs souhaits ? Les conseillers jeunes ont une appétence large autant pour des questions locales que pour des questions internationales. Ils souhaitent se former en rencontrant d'autres conseils municipaux de jeunes en Europe et dans le monde, structurer des relations internationales pour qu'une appropriation collective des problématiques jeunesse se profile comme l'élément déclencheur d'innovations, notamment au coeur de l'océan indien. Le secrétaire général est déjà impliqué dans des webinaires Provox, certains jeunes pourront s'impliquer dans le Parlement européen de la jeunesse ou d'autres structures. Ils vont monter dès cet été, une action de recensement des besoins des jeunes dans les sept villages de la commune au cours de soirées débat. Ils vont écrire au Préfet pour lui annoncer le lancement de cette démarche et la remise d'un rapport au mois de septembre. Ils veulent faire entendre leur place avec d'autant plus de force et de vigueur que l'outre-mer doit devenir un modèle pour se projeter dans un modèle de réussite.

Préoccupations évoquées : manque de lieux d'expression et de réunion pour les jeunes, de dispositifs de lutte contre la violence sur le territoire, d'aide au montage de projets.


Sur quelles thématiques les jeunes élu.e.s travailleront ? Les premières thématiques identifiées sont :

- Lutte contre la violence

- Montage de projets (Europe ou Afrique de l'Est pour constituer du réseau et des échanges culturels)

- Découverte de l'île et de son environnement pour devenir des ambassadeurs et savoir recevoir des hôtes

- Connaissance des acteurs et décideurs de l'île (tournée des élites administratives et politiques)

- Apprendre le plaidoyer


Quels sont les projets en cours ou à venir ?

- Une série de rencontre (soirées) dans tous les villages de la commune pour réaliser un diagnostic des besoins de la jeunesse. Calendrier : diagnostic mai-août 2021. remise rapport préfet avec publication et diffusion sur les réseaux sociaux.

- Une grande marche estivale de la jeunesse dans tout le sud de Mayotte en lien avec une association de jeunes créée parallèlement (GSM = génération sud Mayotte). Chaque Maire va être contacté pour proposer un hébergement car il s'agira de marcher ou courir entre deux communes et chaque soir de débattre sur la violence à Mayotte ou d'autres thèmes (environ 5 jours consécutifs)

Quel sera le rôle de l'Anacej dans le développement du CMJ ?

Nous aimerions entretenir des relations de formation à la prise de parole des jeunes en public, participer à des évènements en visioconférence (pour des jumelages avec des CMJ de métropole par exemple, ou de la formation...)... Une présentation de l'Anacej aux jeunes serait un préalable en visio par exemple après l'élection de dimanche prochain.


Propos recueillis auprès de Jean-Paul Pineau-Saindou, Directeur de la Jeunesse, de l'Éducation, de la Culture et de la Cohésion Sociale de la Ville de Chirongui.

116 vues0 commentaire
note_de_veille©anacej.jpg
Un regard à 360° sur l'actualité des politiques en lien avec la participation des enfants et des jeunes

Contenu réservé

 

Vous devez être adhérent et connecté à votre espace membre pour accéder aux notes de veille en ligne synthétisant les dernières avancées sur les principaux thèmes d’actualité des politiques jeunesse et des collectivités territoriales.