Mieux vivre la période de confinement : "N’oublions pas les enfants et les adolescent.es !"

Mis à jour : avr. 21

Le confinement constitue aujourd’hui pour les enfants et les adolescent.e.s à la fois une situation inédite, un révélateur des inégalités économiques et sociales auxquelles leurs familles sont confrontées et sera demain n’en doutons pas un marqueur générationnel. Attentifs aux conditions de vie, d’éducation et d’action des enfants et des adolescent.es, les Francas sont mobilisés partout en France pour leur permettre de mieux vivre la période de confinement à travers 5 modes d’action :


1. Accueils des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise durant les temps péri et extrascolaires

Les Francas et leurs adhérents collectifs mobilisent des animateurs volontaires pour intervenir, aux côtés des personnels de l’Education nationale, dans les centres d’accueil mis en place les matins, le midi, les après-midis et les mercredis, durant les vacances scolaires et parfois les week-ends.


2. Production de propositions éducatives dans la proximité

Les associations départementales Francas et leurs structures adhérentes inventent et mettent à la disposition des enfants et de leurs familles des ressources éducatives et pédagogiques afin de leur permettre de ne pas être destinataires exclusivement d’activités liées à leur scolarité durant le confinement. Les enfants et leurs familles doivent pouvoir disposer de temps de loisirs, de divertissement, de respiration. Le confinement peut être l’occasion de jouer, de pratiquer des activités différentes, seul.e ou en famille, à travers lesquelles on apprend autrement.

3. Permettre aux enfants de s’exprimer sur ce qu’ils vivent et leur parler de la situation

Il est indispensable de prendre en compte la perception et la sensibilité des enfants en cette période si particulière. Des enfants en proie aux angoisses des adultes, des enfants confrontés à une situation sortant de leur ordinaire, avec qui on ne trouve pas nécessairement les mots pour expliquer les interdits, les nouvelles modalités d’organisation de la vie de la famille. Mais également des enfants confrontés à des situations différentes selon les espaces de vie dans lesquels ils ont confinés, selon l’accompagnement dont ils peuvent bénéficier -ou non- à la maison, selon l’obligation de leurs parents de continuer -ou non- d’aller travailler, selon qu’ils soient -ou non- confrontés à la mort d’un proche.

4. Relation aux familles et aux parents

La relation aux familles et aux parents, toujours importante pour les co-éducateurs, est plus que jamais nécessaire en temps de confinement afin de ne pas les laisser isolés face à leurs interrogations ou leurs difficultés. Plusieurs initiatives de cette nature mises en œuvre par les Francas peuvent être signalées, depuis la prise de contact, sur sollicitation de l’Education nationale, avec les parents des enfants dont les enseignants n’avaient pas de nouvelles depuis le confinement jusqu’à la mise en place d’un groupe de parole en ligne en passant par la mise à disposition de kit de base « activités manuelles » pour les familles fragilisées.

5. Développement d’actions solidaires

Le développement d’actions solidaires par les associations départementales Francas ou leurs adhérents collectifs a pris là également des formes variées, au gré des initiatives militantes sur les territoires.


Forte de ses missions et de son réseau territorial, la Fédération nationale des Francas est entièrement mobilisée pour répondre aux besoins en temps et en sortie de crise, pour aider les jeunes citoyen.nes à transformer le traumatisme de la crise du Covid 19 en élan collectif et citoyen.


Et découvrez l'action des Francas de la Seine-Saint-Denis qui donnent la parole aux enfants et aux ados du département, pour connaître leur avis sur ce qu'elles et ils vivent pendant cette période de confinement.


#LesFrancas #Expression #DroitsdelEnfant #SeineSaintDenis

À PROPOS

RECHERCHER

SUIVEZ-NOUS

Conception Maël Bourguignon

Mentions légales © 2019 Anacej