Municipales 2020 - Les résultats de notre sondage sur le comportement électoral des jeunes !

Mis à jour : mars 12


Ce mardi 3 mars 2020, l'Anacej a révélé les résultats de sa nouvelle étude de l'Observatoire du Comportement Électoral des Jeunes, consacrée au vote des 18-25 ans aux municipales 2020. Réalisé par l'IFOP pour l'Anacej, en partenariat avec le Forum Français de la Jeunesse, le sondage "Les jeunes et le vote aux municipales 2020" est riche en enseignements...


Une élection bien identifiée mais peu fédératrice


Alors que 88 % d’entre eux savent que les élections municipales approchent, seulement 3 jeunes sur 10 prévoient d’aller voter les 15 et 22 mars.

Bien qu'inquiétante, cette prévision reste à prendre avec précaution car nous savons qu'il existe bien souvent une différence entre les prévisions et la participation électorale effective observée au soir du 1er tour. Par exemple, en 2019, lors de notre précédente enquête consacrée aux européennes, nous annoncions une participation électorale du même public à hauteur de 23 %. Selon l'étude "Sociologie des électorats et profil des abstentionnistes", réalisée par Ipsos/Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions, 39 % des électeur.trice.s âgé.e.s de 18 à 24 ans se sont finalement déplacé.e.s le 23 mai dernier.

Le fait est que le 1er tour des municipales, dans 2 semaines, ne devrait pas mobiliser beaucoup plus d'un.e jeune sur trois...


Enfin, nous remarquons que le nombre de jeunes déclarant être inscrit.e.s sur les listes électorales ne fait que baisser d'année en année. Alors qu'ils étaient 87 % en mars 2017 et 79 % en avril 2019, ils ne sont plus que 76 % à déclarer être inscrit.e.s, alors même que la date d'inscription possible sur les listes électorales a été déplacée au 7 février cette année, inquiétant...


Pour aller plus loin sur cet enjeu, consultez l'analyse de Céline Braconnier - Abstention des jeunes : « une vraie faille démocratique désormais bien identifiée… »


Les écologistes et les listes citoyennes en tête des intentions de vote



Les européennes l'ont montré, les municipales vont probablement le confirmer, avec 16 % des intentions de vote chez les 18-25 ans, il semble bien que le 1er parti des jeunes soit Europe Écologie les Verts. Dans un contexte d'urgence climatique et d'une mobilisation importante des jeunes, qui réclament des mesures urgentes pour protéger notre planète, les écologistes apparaissent comme leur choix n° 1 pour mener des politiques locales de préservation de l'environnement.

Avec 12 % d'intentions, les listes dites "citoyennes" semblent, quant à elles, confirmer que les dynamiques portées ici et là, correspondent aux attentes d'une partie des citoyens, quel que soit leur âge. La place qu'elles semblent faire aux jeunes pourrait aussi être à prendre en compte dans ces résultats, bien que "le fait qu'une personne de moins de 30 ans conduise une liste" ne semble être un élément susceptible de favoriser la participation électorale que pour la moitié des jeunes sondé.e.s.


Les Républicains, LREM/MODEM, le PS et La France Insoumise sont aux coudes à coudes (entre 7 et 5 % d'intentions de vote chez ce public). Les listes conduites par les partis de la majorité présidentielle (LREM et Modem) se classent d'ailleurs 6e, faisant oublier qu'Emmanuel Macron s'était fait élire notamment par les jeunes en 2017...


Le Rassemblement National fait lui un "bon score" en se plaçant en 4e position.


Cependant, il est nécessaire de prendre ces intentions de vote avec du recul. Premièrement, parce qu'un jeune sur deux déclare pouvoir encore changer d'avis, mais aussi car il est difficile d'analyser précisément ce que "autre liste", largement devant avec 30 % d'intentions de vote, veut dire... S'agit-il de listes de rassemblement, composées de candidat.e.s militant.e.s de différents partis ayant fait des coalitions locales ? De listes, présentant des candidat.e.s de la société civile, non identifiées comme "citoyennes" ? Ou bien tout simplement d'une expression du rejet des partis politiques classiques ? L'avenir nous le dira...


Pour aller plus loin sur cet enjeu, consultez l'analyse de Gaëtan Monot - Donnons du pouvoir aux jeunes !


Les déterminants du vote des jeunes aux municipales 2020


Alors que la santé (74 %), la famille (72 %) et les amis (56 %) sont les éléments considérés comme étant les plus importants dans leur vie, l’emploi reste le déterminant prioritaire. Le thème de la lutte contre le dérèglement climatique passe lui de la 5e à la 2e place depuis notre dernière enquête, en 2019. À noter que la mobilité internationale et l'accueil des réfugié.e.s ne sont pas jugés comme des éléments déterminants pour cette élection locale.


Cette année encore, nous observons que les raisons principales de l'abstention des jeunes sont soit liées au fait qu'ils.elles ne pourront pas voter le jour J (et que la procuration ne semble pas être perçue comme une solution), soit par défiance vis-à-vis des impacts de ces élections sur leur vie ou la société en générale... Le fait que leurs idées soient ou ne soient pas présentes dans les programmes portés par les candidat.e.s à la mairie semble aussi influer fortement sur le fait qu'ils.elles aillent ou non voter dans 2 semaines.

Pour aller plus loin sur cet enjeu, consultez l'analyse de Bernard Fournier - La participation des jeunes : encourager des dispositifs au-delà des élections


Les moyens principaux pour s’informer sur les municipales


Alors que les représentations sur les jeunes laissent à penser qu’ils.elles s’informent majoritairement via les réseaux sociaux, les chiffres montrent, comme lors de nos précédentes enquêtes, que les discussions avec leur famille restent leur moyen préféré pour s’informer sur les municipales. Sur le podium cette fois-ci, la presse locale remplace les sites d’information. La télévision reste l’un des moyens privilégiés par les jeunes pour s’informer sur les enjeux des scrutins.




Des jeunes majoritairement indifférent.e.s et résigné.e.s


Alors que 55% des jeunes se déclarent satisfait.e.s de la place qu’ils.elles occupent dans la société, nous assistons à un changement dans leur état d’esprit face à la société française. En effet, alors qu’ils.elles étaient majoritairement révolté.e.s en avril 2016, ils.elles sont aujourd’hui plus indifférent.e.s et résigné.e.s. Leur confiance vis-à-vis de la société n’évolue pas chez les 18-25 ans qui ne sont que 8 % à se déclarer confiant.e pour l'avenir de la société.



Pour aller plus loin sur cet enjeu, consultez l'analyse d'Anne Muxel "Entre indifférence et protestation, à coup sûr une distance est de mise"

Téléchargez le rapport complet proposé par l'IFOP et la présentation synthétique de Frédéric Dabi de l'IFOP.


Nous vous encourageons aussi à découvrir notre synthèse graphique et les analyses de Céline Braconnier, Anne Muxel, Bernard Fournier et Gaëtan Monot.


Découvrez aussi les préconisations du FFJ, notre partenaire sur ce sondage, concernant cette situation alarment...

Les médias en parlent :




Pour aller plus loin vous pouvez aussi télécharger les synthèses des précédents sondages :

L’enquête a été menée auprès d'une échantillon de 1 195 personnes représentatif de la population française âgées de 18 à 25 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 18 février 2020.


#JeVote #OCEJ #Municipales #Municipales2020


1,490 vues

À PROPOS

RECHERCHER

SUIVEZ-NOUS

Conception Maël Bourguignon

Mentions légales © 2019 Anacej